Le fascia

L’apprentissage de l’anatomie et le fascia 3

Homme on l'ou voit les fascias qui courtPour les besoins de l’enseignement de l’anatomie, le corps a été investigué depuis des centaines d’années par la dissection. Pour faciliter la description et la retranscription des découvertes de ces chercheurs, il fallait bien structurer les données recueillies. Ainsi, encore aujourd’hui, l’anatomie s’apprend par région du corps souvent de la superficie vers la profondeur. Les livres dissocient les différents plans ainsi que les structures qui les parcourent. On aura ainsi, la myologie pour l’étude des muscles, l’arthrologie pour l’étude des articulation, l’ostéologie pour l’étude des os, etc. Le corps peut être vu alors de deux façons :

Comme un ensemble d’éléments différents qui tentent de travailler ensemble

Ou bien comme un tout qui met en continuité des structures plus ou moins différenciées.

Comme vous le savez, le principe de globalité dans le corps est cher aux ostéopathes. Et bien qu’ils apprennent aussi l’anatomie de façon morcelée, rapidement ils tentent de se l’approprier comme un seul et même ensemble. En traitant l’orteil, ils pensent pouvoir agir sur des douleurs d’épaule par exemple. Ainsi, le lien entre ces éléments porte le nom de fascia et c’est sur cette structure que travaillent les ostéopathes. Bichat avait déjà découvert l'existence des fascias (ou bandelette) au début du 19eme siècle un peu avant que A. T. Still ne les utilise dans ses traitements ostéopathiques. On voit donc que les anatomistes se sont intéressés assez tard à leur étude et la médecine à ce jour n'en perçoit pas encore une réelle importance hormis le fait d'être un tissus de soutien.

 

 

Le fascia 3

Ce fascia est une structure qui est partout dans le corps et qui est une densification du tissu conjonctif composé par du collagène. Si je tire sur une jambe, la transmission de cette tension se fera au genou, à la hanche et cela jusqu’à la tête par l'intermédiaire des fascias. Même chose lors d’une tension musculaire ou bien d’une contraction. En fonction de son intensité, une contrainte mécanique s’exercera plus ou moins à distance.

En 2005, F Klingler et F Horn ont mis en évidence à partir d’une expérience que les fascias avaient eux-mêmes un pouvoir contractile. Ils validaient ainsi ce que déjà beaucoup de praticiens ressentaient dans leurs mains par exemple lors d’un travail sur des cicatrices ressentes ou anciennes ou bien même après des traumatismes directs sur des hématomes etc. Beaucoup de femmes qui viennent de subir une césarienne et qui consultent en ostéopathie savent comment elles peuvent être soulagées en fasciathérapie presque immédiatement.

 

Organisation du fascia3

 

Il est unique mais pour son étude on considère qu'il s'organise sous forme de plans, un peu comme des épaisseurs de vêtements les uns sur les autres.

Classiquement on évoque le fascia sous 4 formes en continuité.

  • le fascia superficiel que l'on trouve en dessous de la peau,
  • le fascia profond beaucoup plus résistant et épais que le fascia superficiel et qui est en contact avec les muscles,
  • les fascias internes que l'on peut se représenter comme du sable dans un verre qui comblerait l'espace entre des cailloux,
  • les fascias viscéraux qui sont un peu comme du fascia superficiel mais plus denses se présentent autour des différents organes.

 On remarque que sur le plan embryologique le fascia est issu du mésoblaste qui évoluera en mésoderme qui est la même origine qu'une partie de la peau avec (derme et hypoderme).

 

Fasciathérapie

 

La fasciathérapie est tout simplement une thérapie qui s'exerce au niveau du fascia3. Elle a pour objectif de mettre dans un état de neutralité de tension les structures qui sont en lien les unes avec les autres. Finalement, c'est l'objectif même de toutes consultation d'ostéopathie.